drouhin balson

Conversations en Famille

Tradition & Innovation

Trois générations de Drouhin président actuellement aux destinées de la la Maison éponyme

Conversation en Famille - Drouhin

Elle est dirigée par les quatre arrière-petits-enfants de Joseph Drouhin, nés entre 1961 et 1968. Ils ont grandi dans le vignoble et ont acquis la culture du vin aux côtés de leur père, Robert Drouhin. Chacun a son rôle et ils partagent la même passion de la vigne et du vin. La cinquième génération pointe le bout de son nez, avec Laurène, fille aînée de Véronique, qui a fait son entrée dans la Maison en 2020.

De millésime en millésime, ils perpétuent la tradition et innovent pour aller toujours plus loin dans la recherche de cette « perfection élégante » qui fait la réputation des vins Joseph Drouhin.

Robert Drouhin

A la tête opérationnelle de la Maison de 1957 à 2003, il a donné l'impulsion de son développement moderne. Millésime 1933, Robert Drouhin tient sa fibre vinique de Maurice Drouhin qui est alors à la tête du domaine. « Il m’a très tôt inculqué les notions de millésimes et de climats pour comprendre la richesse de la Bourgogne ». Dans les années 1950, Robert étudie le Droit à Paris puis les Lettres à Heidelberg. Il retourne à Beaune pour prendre la suite de Maurice, alors souffrant, et devient président de la Maison Joseph Drouhin à seulement 24 ans. Robert et Françoise Grafé se disent oui en 1961. Suivront les naissances de Philippe, Véronique, Laurent et Frédéric. Au cours de toutes ces années, ils ont transmis à leurs enfants éthique, passion et savoir. Robert agrandit considérablement le domaine, notamment en Grands Crus, à quoi s’ajoutent les acquisitions à Chablis en 1968 et la création du domaine en Oregon aux côtés de sa fille Véronique dès 1987. Pionnier dans l’âme, il accorde sa pleine confiance à Laurence Jobard, l’une des premières femmes œnologues en Bourgogne. Nous sommes alors en 1976. Une dizaine d’années plus tard, avec ses enfants, Robert Drouhin entame la conversion du domaine en agriculture biologique puis biodynamie. Ils président aujourd’hui toujours ensemble aux destinées de la Maison.

Le chef d'orchestre
Frédéric Drouhin

C’est le benjamin de la fratrie Drouhin qui présidera aux destinées de la Maison du même nom, conscient qu’il hérite de siècles d’histoire et de terroirs hors du commun qu’il faudra transmettre. Il se forme loin du Clos des Mouches, dans le Connecticut, à l’Université de Hartford. Il obtient un MBA avec un major de marketing et connaît en parallèle ses premières vendanges, auprès de sa sœur Véronique, au domaine Drouhin Drouhin Oregon. Petit à petit, il gravit les échelons, du marketing au commerce, jusqu’à la direction générale auprès de son père en 1995. Cinq ans plus tard, Robert Drouhin lui laisse l’entière direction avant que Frédéric ne devienne en 2003 Président du Directoire. « On pourrait imaginer que je suis uniquement dans les chiffres mais ma responsabilité, comme celle que vécut mon père, me conduit auprès de Philippe dans les vignes comme auprès de Véronique dans la cave, car je me dois de connaître nos vins par cœur », explique-t-il. Frédéric Drouhin et son épouse Claude de Nicolay ont deux enfants. Frédéric se plaît à cultiver les roses et se pique pour la gastronomie. 

Oenologue, garante du style des vins Drouhin
Véronique Boss-Drouhin

Née aux Hospices de Beaune un 1er décembre, exceptionnellement un jour de Vente des Vins, Véronique porte un destin tout tracé. Pour parfaire le tableau, elle grandit aux côtés de ses frères, à courir dans les vignes. Elle choisit la voie de l’œnologie à l’Université de Dijon et est la seule femme de la promotion 1985. Sa formation la conduit dans le Bordelais, puis naturellement au domaine familial aux côtés de l’œnologue Laurence Jobard ainsi que dans l’Oregon pour écrire une nouvelle page de l’histoire de la famille Drouhin. Elle réalise sa première vinification « personnelle » en 1988, au domaine Drouhin Oregon que son père vient d’acquérir. Depuis, elle ne cesse de jongler entre la Bourgogne et l'Oregon. Pianiste et amoureuse d’histoire, son périmètre est celui de la cave où elle jouait, enfant, à cache-cache. « C’est un devoir pour moi de respecter au mieux les raisins qui arrivent en cuverie pour sublimer les signatures de nos grands autant que précieux terroirs », souligne Véronique qui est mère de trois enfants : Laurène, Arthur et Louise. C’est ainsi que les millésimes se succèdent et se cristallisent sur l’autel de la précision et de la pureté. 

L'homme des vignes
Philippe Drouhin

Sa discrétion dissimule une force tranquille. S’il est un gardien du temple, c’est celui du vignoble, son univers. Très jeune, Philippe accompagne son père dans les vignes. Ces moments forgeront la passion d’une vie. Diplômé de l’Ecole Supérieure de Commerce de Tours, il poursuit des études techniques au lycée viticole de Beaune. Le millésime 1988 sera celui du retour officiel au domaine. Très vite, il imprime une philosophie avec la conversion à l’agriculture biologique et biodynamique, devenue l’ADN de la Maison Joseph Drouhin. En quelques années, Philippe a apporté sa rigueur scientifique et sa sensibilité pour donner toujours plus de précision dans l’expression des climats bourguignons. De la sélection des plants de vignes à la recherche de la plus belle maturité des raisins au moment crucial des vendanges, Philippe est l’homme de l’amont, pour que le fruit le plus pur possible vienne combler sa sœur Véronique et Jérôme Faure-Brac en cuverie. Le vigneron s’efface ensuite, discrétion oblige. 

Directeur Export Nord Amérique/Caraïbes
Laurent Drouhin

Laurent n’a pas échappé aux parties de cache-cache dans l’hectare de caves. Il en est ressorti avec une Madeleine de Proust dont les nobles parfums sont ceux des raisins en fermentation. Accompagnant régulièrement son père dans les vignes, Laurent prend aussi la dimension du patrimoine qu’il faudra choyer. « Notre nom se doit d’incarner des valeurs familiales portant une certaine idée du vin », résume-t-il. Drouhin signifiera alors à ses yeux un devoir d’exigence. Diplômé de l’École Supérieure de Gestion de Paris, il prend d’abord les fonctions de délégué commercial dans la capitale. Aux contours de l’année 2000, il s’envole du côté des Caraïbes pour s’emparer ensuite du marché nord-américain. Avec sa femme et ses deux enfants, Aurore et Amaury, il s’installe dans la région de New-York d’où il pilote la commercialisation et le marketing de tous les vins de Maison Joseph Drouhin avec une relation particulière avec la société Dreyfus Ashby, importateurs des vins de la famille depuis les années 1960. Ainsi, il porte les valeurs familiales et sa perception du vin aux quatre coins du globe.

Les Grandes Familles du Vin

Primum Familiæ Vini
Les Grandes Familles du Vin

Primum Familiae Vini, également connu sous le nom de PFV, est une association internationale regroupant parmi les plus grandes familles du vin au monde, originaires de France, d'Allemagne, d'Italie, du Portugal et d'Espagne.

PFV a été créé en 1992 et l'adhésion se fait sur invitation uniquement, avec un maximum de 12 familles très respectées qui apportent leur expertise depuis des générations. Les membres de PFV ont pour objectif de défendre et de promouvoir les traditions et les valeurs des entreprises viticoles familiales, et de veiller à ce que ces idéaux survivent et prospèrent pour les générations futures.