2014 - Une année étonnante

2014 a démarré en fanfare et très vite la météo a basculé de l'hiver à quasiment l'été.
Les températures, très clémentes début mars, ont favorisé un démarrage de la végétation sur tous les secteurs viticoles de la Bourgogne.
Début avril les bourgeons s'ouvraient et l'on pouvait même voir déjà certaines pointes vertes. A ce stade 2014 se plaçait déjà parmi les années les plus précoces.
Très vite mi-avril on pouvait voir plusieurs feuilles étalées et début mai on a pu constater, dans les zones les plus précoces, une dizaine de feuilles étalées. Nous étions 15 jours en avance par rapport à une année normale.
Les quelques pluies ont même boosté la végétation mais n'ont pas favorisé l'apparition et le développement de maladies. Le risque de mildiou était en 2014 particulièrement faible en début de campagne.

Début juin beaucoup de parcelles ont montré leurs premières fleurs et les températures inhabituellement élevées ont permis à celles-ci de se dérouler très rapidement mais aussi ont stressé la vigne et ont favorisé beaucoup d'avortements des jeunes baies en raison des chaleurs trop élevées.
Mi-juin la floraison était terminée sur bons nombres de secteurs. A Chablis et dans les Hautes-Côtes de Beaune et de Nuits la floraison était encore en cours.

Le 28 juin un orage de grêle s'est abattu sur le secteur de la Côte de Beaune en particulier Beaune, Pommard, Volnay, Meursault, touchant plusieurs centaines d'hectares avec des dégâts parfois très conséquents. La vigne était pourtant si belle...
Le nord Mâconnais a lui aussi été touché mais avec des dégâts un peu moindres.
Le 4 juillet un nouvel orage de grêle va toucher plus précisément le secteur de Pouilly et Solutré.

Les mois de juillet et août vont être étonnamment frais et humides, ce qui ne ralentira que très sensiblement le développement de la vigne. A mi-juillet on constatait la fermeture de la grappe, qui marque aussi la fin de la sensibilité de celle-ci au mildiou.
La pluviométrie pendant ces 2 mois sera près du double de la normale avec des températures fraîches.
Il a fallu remettre en pratique l'effeuillage. L'état sanitaire restait cependant satisfaisant même si l'on remarquait ci et là des débuts de pourriture sur quelques baies.
Septembre va apporter un temps merveilleux, idéal, qui fera tout le millésime. Lumineux, doux, vent du nord, journées chaudes, nuits fraîches, toutes les conditions pour finir de porter harmonieusement la maturité à des niveaux souhaités.

Les rendements sont très contrastés d'un vignoble et d'une parcelle à l'autre. Pour les vignes grêlées, celles-ci ont reconstitué un feuillage très suffisant pour mûrir mais les rendements étaient estimés entre 5 et 10% d'une récolte normale. Pour les vignes ayant passé fleur au moment du pic de chaleur de juin les grappes étaient très millerandées et les volumes en baisse de 30 % par rapport à une année normale. Pour toutes les autres vignes la charge était correcte. La particularité des raisins cette année est aussi d'avoir des peaux très épaisses, plutôt facteur de qualité, mais aussi des rendements en jus faibles.

Les vendanges en Côte d'Or ont démarré le 12 septembre et se sont étalées sur 15 jours. En effet les excellentes conditions climatiques nous ont permis d'attendre et de reporter les vendanges dans certaines parcelles.
A Chablis, elles ont démarré le 15 septembre et se sont aussi étalées sur plus d'une quinzaine de jours.

Aujourd'hui les premiers décuvages des vins rouges de la Côte d'Or sont en cours et on trouve des vins plutôt équilibrés, d'une jolie couleur, sans être trop intense, et une structure tannique fine.
Les vins blancs terminent leur fermentation. Ils ont des arômes fruités, nets, des degrés naturels plutôt dans la fourchette basse et une fraîcheur très gourmande.

2014 devrait donc être un très joli millésime avec un niveau de récolte global s'inscrivant dans la moyenne décennale et en tous cas supérieur aux 3 dernières récoltes déficitaires.

Frédéric J. DROUHIN
Le 7 octobre 2014