2012 - Un grand millésime très rare

L'hiver bourguignon a connu une seule période de grand froid avec des températures négatives jour et nuit sur une quinzaine de jours en février. Quelques dégâts de gel ont pu être constatés. Le printemps est arrivé très vite avec un mois de mars inhabituellement chaud. Dans ces conditions la vigne s'est développée très vite mais ensuite a été ralentie avec un régime froid et pluvieux sur les mois d'avril et mai.
La floraison a démarré à la fin du mois de mai, les températures étant redevenues chaudes pour la saison. Puis le temps a été assez instable avec parfois quelques orages de grêle violents.
La floraison ne s'est pas déroulée dans les meilleures conditions et on a pu constater un très fort pourcentage de millerandage. Dès lors, nous savions que les rendements attendus seraient faibles.
Les mois d'été ont été également assez instables avec des épisodes de grand soleil alternés d'orages. Certains secteurs de la Côte de Beaune, Puligny, Meursault, Volnay ont été particulièrement touchés par la grêle avec des destructions de récolte jusqu'à 80%. Les derniers jours du mois d'août sont redevenus estivaux avec un pic de chaleur constaté sur la Bourgogne.
Bien qu'il ait plu dans le sud de la Bourgogne, la région de Chablis en revanche a bénéficié d'un temps sec et ce n'est qu'à la mi-septembre que les pluies sont revenues.
A la veille des vendanges on constatait que les grappes étaient très aérées, résultat du millerandage, assez espacées les unes par rapport aux autres.

Les vendanges ont démarré au Domaine vers le 19 septembre en Côte d'Or et le 24 septembre à Chablis.
Les vignobles qui n'ont pas été touchés par la grêle montrent des rendements très faibles dans la Côte de Beaune et plutôt faibles dans la Côte de Nuits. Les vignes grêlées accusent davantage le coup.

Point positif, il n'y a pas de pourri cette année. L'ensemble des raisins tant blancs que rouges ont des peaux épaisses et une forte proportion de millerand (tout petits raisins à jus très concentrés).

Les vinifications se sont bien déroulées, les extractions colorantes et tanniques se sont opérées assez rapidement, tout notre travail a été de trouver le juste équilibre et de l'élégance.
Nous avons potentiellement un très grand millésime dans les mains mais dans des quantités exceptionnellement faibles.

Frédéric J. DROUHIN
17 décembre 2012