2005 - La Grande Symphonie

GENERAL
Toutes les conditions ont été réunies pour faire de 2005 une récolte exceptionnelle. L'hiver 2004-2005 a été peu rigoureux. La période végétative a été marquée par de fortes températures et une sécheresse qui a commencé à se faire sentir sérieusement dès fin juin. Juillet est d'abord frais puis normal, sec sauf à Chablis. En août, bon ensoleillement ; la sécheresse est plus marquée en Côte d'Or que dans l'Yonne. Septembre : très chaud au début puis normal, léger passage pluvieux suivi d'un très beau temps ensoleillé. En définitive, le déficit de pluie est net sauf dans la région chablisienne.
L'année a cependant été marquée aussi par un orage de grêle dans le secteur Clos de Vougeot le 3 mai. La précocité de la grêle n'a pas eu d'effet défavorable sur la qualité des raisins. Le 24 juin et fin juillet : un peu de grêle dans la région de Chablis, sans trop d'incidence quantitative. Par contre dans le sud de la Côte d'Or, en particulier à Santenay et Chassagne-Montrachet, le 17 juillet, une forte grêle a un impact considérable.
Au plan phytosanitaire, l'année a été très facile à gérer. Les raisins blancs ont présenté un peu de millerandage à l'époque de la fleur. La qualité sanitaire a été exceptionnelle sauf à Chablis où la pression du botrytis a été assez forte et tardive, réduisant la production mais sans incidence qualitative vu les techniques modernes de vinification.
Le ban de vendanges a été fixé très précocement au 12 septembre et, ce qui est rare, à même date pour les Chardonnay et Pinot Noir de Côte d'Or, le 17 septembre pour les Hautes Côtes de Beaune et de Nuits et le 17 septembre aussi pour le Chablisien. Cette dernière date est aussi remarquable car souvent le Chablisien, région plus septentrionale, vendange avec 8 à 10 jours de décalage.
Les raisins étaient magnifiques et la vendange a pu s'échelonner en fonction des conditions propres à chaque village ou à chaque vigne. En sus des critères techniques (alcool, acidité, polyphénols), il est de plus en plus pris en considération la qualité organoleptique du raisin, la maturité des tannins et le goût.
Quantité : la récolte totale est en baisse de 3,5% (4,3 % en blancs et - 1,6 % en rouges).

CHABLIS
Jolie robe jaune pâle, brillante. Nez net, pur, typé. Bouche assez pleine, arômes plutôt mûrs, citron confit, minéralité et acidité bien équilibrées. Beau millésime à Chablis. Ils doivent être bus.

BLANCS de Côte d'Or, Côte chalonnaise et Mâconnais
Joli jaune doré, brillant. Les vins sont homogènes. Les arômes sont plutôt mûrs, fruits mûrs plus que floraux, notes de miel et de noisettes grillées. L'ensemble est attractif. Les niveaux d'acidité sont plus faibles qu'en 2004, les degrés d'alcool naturels un peu plus élevés que la moyenne, sans pour autant donner des vins lourds. Les persistances aromatiques sont longues, nettes et assez complexes. A boire.

2005 est moins exotique que 2003 et aussi typé que 2004. Il ressemble davantage au 2002, voire 1989. Ils peuvent être bus.

ROUGES de Côte d'Or
Un vrai régal sur l'ensemble des appellations. Les robes sont assez rouges, couleur rubis, d'une belle intensité mais pas aussi forte qu'en 2003. L'expression aromatique, franche dans la jeunesse, est actuellement un peu réservée. Elle reste classiquement sur les notes de petits fruits rouges. La Côte de Beaune et la Côte de Nuits sont assez homogènes au niveau structure avec un bel équilibre alcool / acidité / tanin. C'est cet équilibre qui rend les vins très élégants. Les tanins sont mûrs, raffinés et se combinent à une jolie fraîcheur, sans astringence, avec un niveau d'alcool dans la moyenne. La gamme des petits villages de Bourgogne, type Chorey-lès-Beaune enthousiasmera l'amateur par son fruit.
Les premiers crus et grands crus, sont depuis plusieurs mois fermés. La structure commence à dominer le bouquet et l'expression aromatique. Il serait dommage de consommer ces vins maintenant. Le potentiel de garde des grands crus est certainement de plusieurs décennies mais ils pourront être appréciés avant.

2005 a des similitudes avec certaines caractéristiques des millésimes passés. La richesse des 1990, l'harmonie des 1989 et le bouquet des 1961.